La chambre d’Alice

mon innocence, mon evanescence

 

Psyche

En regardant par ma fenêtre

ma cigarette se consume

et comme le présage du prochain déluge

je vois mes larmes couler de la lampe de la maison d’en face

la lumière s’affaiblit et vacille

lorsque je suis seule.


je pourrais t’appeler mais je n’en ai pas la force

le sang qui tache ma main sèche de nouveau

je t’attends mais tu ne viendras jamais me trouver

avec le temps, j’ai appris que l’amour ne peut être quelque chose de bien

c’est merveilleux n’est-ce pas?

les larmes d’acide coulent encore une fois dans ma bouche.


cours à travers les couleurs de ta vie

cours à travers les mélodies

mange à travers les sons de ses cris

à celle qui pleure en ton intérieur


je viens de me réveiller,

les yeux ouverts sur la réalité

le grand chène en face de moi me nargue.

la musique me fait planer au milieu des nuages de sang


tu ris, tu cries, tu pleures, tu meurs

j’ai peur, oh, rends moi mes pleurs


cours à travers les couleurs de ta vie

cours à travers les mélodies

mange à travers les sons de ses cris

à celle qui pleure en ton intérieur.

Dans : Non classé
Par Alice
Le 28 mars 2009
A 16:02
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Gamine |
Anna & Dan |
LOVE & SEXE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | folirtess
| moietmapetitevie
| Toujours dans la lune à rec...